Le producteur de Pneu Michelin a expérimenté le management autonome de la performance et du progrès (MAPP) dans ses usines pilotes. Le MAPP est un outil d’attraction pour les jeunes talents qui demandent à être plus libre. Bertrand Ballarin, le directeur des relations sociales de Michelin a affirmé que « Pour changer, plutôt qu’imposer d’en haut, mieux vaut faire vibrer la base ».

Le Bidendum a opté pour l’application de la méthode d’Isaac Getz dans son livre « Liberté & Cie ». Cette méthode mise sur les 03 points suivants : la prise d’initiatives, la subsidiarité et la décentralisation. Les volontaires sont devenus des correspondants, ils gèrent leurs propres équipes et veillent à la qualité et à la production. Ces correspondants prennent des décisions sans autorisation de leur chef d’atelier ou responsable d’ilot.

A l’usine de Valladolid, les opérateurs ont choisi de travailler en 04 équipes de 03, cette nouvelle organisation a permis le lissage de la production. L’entreprise est plus productive et compétitive. Tandis qu’à l’usine de Hombourg et de Blavozy, on a établi le « Wikipédia du Mapp » où chaque équipe partage son expérience. A Hombourg, pour gagner du temps les employés prennent des décisions en cas de problème. Michelin a puisé une inspiration enrichissante chez Techné qui a supprimé son pointage et a donné accès à tous les salariés les données financiers de la société.

 

Source : http://www.usinenouvelle.com/article/michelin-reinvente-son-management-et-brise-ses-chaines.N319325

920fe0e8437327bde6c2a3d86cbc53b7EEEEEEE