Les grandes idées débouchent sur de nouvelle innovation et se nourrissent d’autres idées pour pouvoir se concrétiser, la créativité est essentielle à ce stade. Pour acquérir d’autres idées, il faut échanger et partager et les tester comme le cas de Facebook.  Mark Zuckerberg a innové et testé son nouveau réseau auprès de ses proches pour récolter leurs avis. Avant d’étendre son idée sur d’autres campus qu’Harvard, Zuckerberg a façonné son idée avec son équipe existant en ne cessant d’évoluer et de recruter. Le mérite de Zuckerberg est d’avoir une ouverture sur les possibilités d’évolution du modèle et plus ambitieux. De nouveaux recrus porteurs de nouvelles idées et innovations. Il a mis en place un business model de la gratuité pour ses utilisateurs et par un financement par la publicité. Henry Chesbrough, l’inventeur du concept d’Open innovation. Il affirme que l’innovation ouverte repose sur la circulation des idées pour qu’elles se développent en deux mouvements :
• captation d’idées à partir de sources multiples (marché compris),
• valorisation (et vente) d’idées au marché et au-delà (concurrents, partenaires, etc.)

Pour réussir à la perfection cette innovation, il faut savoir protéger sa marque : Nespresso en a payé les frais lorsque son brevet a été expiré en 2011, ses concurrents se sont engouffrés sur cette chute. e seul issu pour les concurrents serait des les concurrences sur la taille de marché et de légitimé auprès des parties prenantes. Le but est de protéger ses idées en l’innovant et en n’évoluant.

Source: http://business.lesechos.fr/entrepreneurs/idees-de-business/le-dilemme-de-l-entrepreneur-proteger-ou-partager-son-idee-208567.php?

618e0a2f0a1ed1f84d77c4d9c17fe275///